Les organisateurs de la manifestation sollicitent le soutien des associations, des municipalités minières, de la population de Haisnes et des communes voisines, des enfants des écoles et de tous ceux qui veulent sauver et transmettre la mémoire de la mine et des mineurs. Le mot d’ordre est….tous en tenue de mineur ou de trieuse au bord de la route avec nos pancartes et nos banderoles pour sauver la fosse 6 de Haisnes les La Bassée

La fosse 6 de Haisnes.
Après de nombreux sondages, un puits est ouvert sur le territoire de la commune , en 1861, par la Compagnie des Mines de Douvrin. On exploite d’abord le charbon à 113 mètres de profondeur, puis la fosse est approfondie à 240 mètres.
Par suite de difficultés financières, elle est rachetée par la Compagnie des Mines de Lens qui extrait 940.000 tonnes en 1880. A l’époque, on y descend les mineurs accroupis à 4 ou 5 dans les berlines que l’on encage. Des enfants de 10 à 12 ans y travaillent pour pousser au fond les barrous (berlines vides) ou les balles ( berlines pleines). Pendant la guerre 1914-1918, la fosse Alfred Descamps, comme on l’appelle, est entièrement détruite.

Les bâtiments et le chevalet que nous connaissons bien datent des années 1920- 1925. La fosse 6 reprend son extraction jusqu’en 1936. Beaucoup de Haisnois ont le souvenir de parents ou de grands-parents qui y sont « dévalés » et qui racontaient comment on descendait les chevaux sanglés sous la cage. A partir de 1936, la fosse 6 sert à l’aérage de la fosse 13 d’Hulluch : on y a installé deux énormes ventilateurs qui aspirent l’air vicié des travaux du fond à Hulluch, puis, après creusement d’une galerie, au 7 de Wingles. Elle cesse toute activité vers 1955. Le puits profond de 240 mètres est remblayé en 1959, date à laquelle les installations sont rachetées aux Houillères par un particulier.

L’Histoire retient une catastrophe notable survenue en ces lieux. Le 30 Avril 1883, à 6 heures du matin, une importante venue d’eau se produit à la suite d’un abattage de charbon à l’explosif .A 7 heures, devant l’inondation, tous les hommes sont remontés : l’accrochage à 213 mètres est complètement submergé.

Le personnel était sain et sauf, mais les chevaux périrent noyés au fond. On relève également dans le service d’état-civil de la Mairie, les noms de 29 mineurs d’Haisnes et des environs tués au fond de la fosse, dont un enfant de 15 ans, au cours de l’exploitation. La fosse 6 est célèbre à un autre titre ! Ce sont les mineurs de cette fosse, qui faisaient partie de l’Harmonie des mines, qui ont créé la chanson que tout le monde fredonne encore, « M’Lampiste ». Le café Machu (dernier couplet), où les jeunes gens dansaient, se trouvait à Haisnes.

La fosse 6 fait partie du paysage minier de la commune depuis un siècle et demi. Son petit chevalet en béton, caractéristique des Mines de Lens, est l’unique rescapé en son genre. Il existe quatre sites miniers préservés dans le Bassin Minier du Nord-Pas de Calais (Wallers-Arenberg, Lewarde, Fosse 9 à Oignies, Fosse 11-19 à Loos en Gohelle) ce sont des ensembles modernes. La fosse 6 est le seul site minier complet ancien du Bassin minier et elle était muni de ses deux molettes de 3,50m de diamètre.

ALORS, APRES L’UNESCO, ON FAIT QUOI ?

A votre tour, Indignez-vous !

Et participez au sauvetage de la fosse 6 en venant rejoindre les organisateurs, le 1er mai, route de Lens, pour faire entendre votre voix.