Le galibot
Galibot meneux d'quevaux, en photo, relevé dans Les chevaux de mine retrouvés de Sylvain Post

Le galibot, mot ch'ti qui désigne un enfant ouvrier mineur, conté par Isaïe Lampin, poète patoisant de Souchez, ancien mineur.

La version conté par Isaïe Lampin : Le galibot, Asaie Lampin

Le Texte : El (Le) galibot

I l'est pas core chinq heures, déhors i fait core nuit
Eune à eune toutes ché lampes y s'alleument autour de ch' puits
L'heure qu'alle a tant ardoutée, alle le vot arriver
Es n'infant i dort cor, alle s'in va l' réveiller.

Avant d'ouvrir l' porte alle intind eune tiote voix
Ech gamin i a compris es maman alle est là
L'matinée là, surmint i s'in rappelera tout l' temps
I est haut comme tros peimmes, i n'a pas cor quinze ans.

Sin p'tit nez s'est pinché, ses yux i sont rougis
Nan ch' tiot i-a pas brait, mais il a mal dormi
I l'a vu tout passer, tout a tourné din s' tête
Cha a tourné sur'mint pu vite que les molettes.

Es maman alle est là tout alintour ed li
Pour l' première fos de s'vie, i va quitter sin nid
I sait à peine voler, il li faudrot quéqu'in Sin papa n'est plus là pour li l' printe par la main.

Alle l'imbrasse core eune fos, alle le serre sus sin coeur
Min tiot i faut partir, té vos i va ête l' heure
Ché mineurs i s'in vont, i vont t'accompagner
Avec eusses n'ai pas peur, i n'y ont tertous passé.

Mais ch' quémin qui dot faire i li parait si long
I l'a tant ravaudé pour li juer au ballon
Qui qu'minche à découvrir des coins qui n'a pas vus
Ech chevalet là-bas, il est au fond de l' rue.

Es ' tiote barrettes sus' tête, es musette à sin dos
Avant d'rinter din l' cache, i soupire un grand cop
Ses pétites mains sont moites, sin pétit coeur i bat
Dins in pétit momint i sera tout in bas.

Alors comme un éclair toute s' jeunesse alle arpasse
I s'arvot sus ché bancs quand il étot in classe
I r'pinse à sin papa, sin pépé, sin papi
Pour faire ech dur labeur, i n'y ont laiché leu vie.

Avec deux gros yux ronds comme un p'tit cat poursui
I tersaute à chaque cop qu' cha buque autour d' li
I baisse bin s' pétite tête, i va butter ses pieds
I li faudra longtemps pour apprinte ch' métier.

Et cha va ête comme cha pindant l' pu dure journée
Quand briquet i viendra, cha n' voudra pas passer
Sin bout' lot, ses tartines i resteront din s' musette.
Pour sin tiot frère in haut, cha s'ra ch' pain d'alouette.

A mitan arlavé aved deux grosse leunettes
I traverse ch' coron comme eune poute d'escampette
jamais autant dé s' vie, i'a aimé es maman
Alle est là qu'alle attind, d' pus ch' matin in tremblant.

I queur eune dernière fos, il li saute à sin cou
Alors deux grosses é larmes queurtent sus leurs joues
Et pi tout in frémichant, s' blotichant sus sin coeur
I li dit calmemint, maman, j'ai pas eu peur.

Isaïe LAMPIN ( 1927 - 2007 )