Clocher d'Airon
Le clocher de l'église d'Airon-saint-Vaast sous la neige

Cha y est, mes gins, les v'là qui r'viennent
Les colporteux d'calindriers !
Hier soir l' premier specimen
A moutré s'nez dins no quartier.

In est toudis un peu surpris
D'intinte à l' brume, toquer à l' porte,
D'vir un grand gaillard, dont l'képi
Dégouline d'iau sus l'bleuse capote.

Soudain, ch'est l' vérité toute crue.
Ch'est l'évidince parsonnifiée.
L'saison des étrennes est r'vénue.
V'là l' calindrier des pompiers !

Jamais farcés les gars du feu !
Fidèles aux pleufes d'automne.
Vous d'm'direz, ch'est l' métier qui l'veut,
Ne r'grettons pas les sous qu'in donne.

Tous l'zans, ichi, dins no villache,
In a l'drot à série complète.
D'el' Poste in cujit l'belle imache
Avec tous ches saints, toutes les fêtes.

Arrivent aussi ches brafes boueux
Immitouflés dins leu casaques,
Et d'leu grosses mains sont bienheureux
D'nous faire don d'leu almanach

Derrière es' comptoir l'épicier
Fort soucieux d'vinde es' marchandise,
Offr'el banal calindrier,
Mièleuss' réclame ed' pain d'épice.

Unis comme deux larrons in foire,
Ch'ti d'La Redoute et des Trois Suisses,
Eux, s'mettent in quate pour nous avoir
Jusqu'à l'dernière ed' no quémisses.

Et cha s'impile ! Et cha s'intasse !
N'oublions pas ch'ti du boucher,
El' calindrier de l' paroisse
Avec eun' vue d'not' fier clocher.

Infin d'quoi garnir tout un mur.
N'impêche, que durant tout l'année,
M' femme, in faisant ses écritures,
M' deminde toutis el' jour qu'in est !

Roger Moura - 59 - Bousignies sur Roc

Relevé dans Commint qu'i dijot pépère ? de Guy Dubois