Femmes berckoises
Des berckoises pêcheuses à pied posent pour le photographe.

Enn' glingne qu'i cant'éc cou ; enne feinme qui siffe, ch'est deux bêtes à détruire.

Le chant et le sifflet son l'apanage des mâles. La poule qui chante comme un coq et la femme qui siffle ne remplissent pas le rôle fixé par la nature, elles sont dévoyées et doivent être détruites. L'excès vient du mot bête, employé pour la femme, ce qui la ravale à ce rang.

Ce proverbe sent son époque, on ne parlait pas des droits de la femme au début du siècle (1900) ni auparavant.

Lucien Tétu A l'écoute des berckois - Dictons et proverbes - Sobriquets.