Vieille pendule

A ! comm' té m' senn's eincor fenn' belle,
Viell' peindule d' mes grands-pareints !
Combien tin tic-tac em' rappelle
Ed biaux souv'nirs et d' douch's momeinnts !

T' veyant, j'vos m mémèr', cheull' bonn' viellé
Qui savot m' grouler si duch'meint
Quand j' fasos d' travers ; et pour elle
J t'eimpéchos d' marcher bin souveint !

"quoess' qué t' fais, qu'all' m' disot, solent !"
D'êt' tranquille, j' fasos sennant,
Pour mi n' point l' fair' mette ein colère.

Mais j m' souviens qu'ein t'arrêtant
Ej peinsos dans m' jugeott' d'einfant,
L' varder pus longtemps, m' bonn' mémère.

Revue septentrionale, 1910

Edouart Turbié (1875-1944)

Le livre du Rouchi - Jean Dauby