Ech grand Fernand, qu’in appelot chouchou l’chiqueux, i passot pos inaperchu dins chele rue. Chaque fos qui pouvot, i s’ténot ed’vant s’porte, ajouqué su s’pierre, à miler si i avot pos un homme in vue. Pourquo justemint un homme ? Tout simplemint pace que dins l’rue, chouchou avot pus d’chance eud dégoter, un homme aveuc du toubake dins s’poche qu’unne femme.
Malheur à ech’ti qu’i avot un mégot à sin bec. Aussi sec i débitot sin spitche « commint qui va ch’t’homme » ? Ch’étot arparti su l’timps, su ches gardins in r’tard (i faisot pos l’sien), i bavot surtout su l’voisinache.
A forche, i finichot par déssaquer de s’poche sin paquet d’gris… Ch’Fernand lachot alors sin plus biau morcieau « Ben brein alors ! M’chique ale a pus d’gôut et i n'y a pus qu’des buques dins min paquet». Et cha aveuc un air d’avoir perdu s’quinzaine, i fallot vir cha mes gins.
A forche, ech coulomb, unne fos su deusse, tindot sin paquet, chouchou plongeot ses dogts n’dins, artirot d’quoi chiquer tout un poste, pou l' infournaquer dins s’bouke. Tout in armerciant, i invoïot un jus d’chique à brisier ches pavés, cha guilot su sin menton. Du reste, un jour min taïon i m’a dit « te vos min fiu ch’pavé findu dins ch’ruchau, ch’est chouchou qui l’a brisier comme cha, un jour qu’i avot pris trop d’toubak », mi nikdoule ej l’ai cru.
Chouchou i a ravalé es chique ed’pis longtimps, ech ruchau à’ch’t’heure ch'est du chimint, mais quind ej rapasse ed’vint s’mason, j’intinds unne voix qu’ale dit « Brein, em chique ale a pu d’goût ».

JMK