Un homme aimot fort les grillades.
Ch'étot, pour li, l' pus bonn' des régalades,
Il in d'mande eun' fos pour souper...
"Conv'nu", dit s' femm', sans pinser d'l'attraper,
Comme elle l'a fait, pus tard, par circonstance,
On porrot mêm' dir 'par vengeance,
Ainsi qu'min récit l' l' apprindra.

Ch'étot l' matin, l'homme à s' boutiqu' s'in va.
Par malheur, i rincontre in route,
Un ami qui li paie un' goutte.
Li, point pingre, in paie eune aussi
Et veut partir... Mais l'aut', vrai sans-souci,
Et bien connu comme amusette,
Fait si bien, qu'i li tourne l' tiête,
Et qu'i pass't'nt à boir', tour à tour,
Des goutt's, de l' bière et du café, tout l'jour,
Au point qu'i s' sont rindus malades...

A l'heur' quon cuijot les grillades,
L'homme' rabroutte, infin, à s' mason,
faijant des zigzags... sans raison,
Sans l'einvi' d'mainger... au contraire...

L'f emm' n'avot pus qu'eun' cosse à faire :
L' déshabiller et l'mette au lit...
Ch'est chin qu'ell' fait... Mais d' colère et d' dépit,
Qu'i li donnot tant d' tablature,
Ell' li frotte l' bas d' s' figure,
D'action, avec eun' couënn' de lard,
In l' traitant pus d' vingt fos d' soûlard,
Et mainge, après, tous les grillad's...
Vl'a qu'l'homme,
Bien r'mis, l' lind'main (In'avot fait qu'un somme)
Sitôt l'vé, cope un croûton d' pain,
Et di' à s' femme "Cristi, qu' j'ai faim !
J'in peux pus, je m' sins v'nir malade ;
Donn' vit', donne' bien vite m' grillade !!!
"Quoi, t'grillad', dit l' femm', mais mallant !
T' l'as maingée, hier, in rintrant.
Te vos, fieu ! vl'la chin qu' ch'est d' trop boire.
Cha t'a fait perde tout l'mémoire.
Pourlèque un peu tes lèv's, qu'ell' dit,
Et vette au miro, comme t'barbe r'luit !...

I se r'vette, i s'pourlèque et vot que s'barbe est grasse.
Alors, honteux, i dit d'un air cocasse :
"Ch'est l' pur' vérité !... J' le r'connos...
Cré mâtin !... queull' cuit' que j'avos !!!"

Desrousseaux

Merci à Chantal Dubois, de m'avoir confié afin de partager avec "Nouzautes" ce biau texte.