A tiette nue et à manses de qu'ùiche
A n'longue fine corde, i sont at'lés
De d'long,on dirot des fourmiches
Asprouvant d'trainer é spi d'blé
Comme des sclauneux il ont n'bertelle,
I sont tout crus d'caud in esté
I sont tout bleu d'froid quand i dgéle
Les malheureux saquieux d'baquet.
I voit' passer des bicyclettes,
Bourdonnant comme des gros mâlaux :
Eyé, d'timps' in temps, enn barquette
Gliche in silence à raze de l'iau.
Quéqu'fois é monsseu in voyage,
Sans dire bonjour, passe à costé
Quand on n'sait nié çouqu'c'est d'l'ouvrage,
On n'pinse nié au saquieu d'baquet.

Quand on voit leux pas s'ralintie
Eyé l'canal si doit, si long
On s'dit "Pouqué ai s'escrandie,
Djamin d'la vie i n'arriv'ront"
Poutant , sans djamin pierde courage,
Tout p'tit belmint il avanch'tènt...
Eyé tout au lond des rivages,
Iménn'tèent au port el baquet.

Wardez toudi bié in mémoire
El tableau que d'ai fait pour vous;
Si vous l'comperder, volée m'coire,
I vous s'ra utile pu d'é djou.
I vous dit qu'avec d'el patieince
On arrive à bout d'çou qu'on vé
Ayé qu'toute peinne ara s'récompinse...
C'est l'rébus des saquieux d'baquets.

Sclauneux : Ouvrier qui dans le fond de la mine tirait les "cars" quand le plafond été trop bas pour les chevaux.

Un poème de Henri Tournelle (1912) du temps du canal de Mons à Condé, remplacé actuellement par l'autoroute. Ce canal fut creusé sur les ordres de Napoléon, département de Jemappes.

Jean-Claude Doyen