Min pétit parisien

Même in f’sant attintion, j’ t’aros pon arconnu,
Té pinses, d’ pus l’ temps comme mi, t’as du rud’mint cangé,
Mes caveux ont blanqui, j’ai quarante-chinq ans d’plus,
Pis in s’a vu qu’ un coup, pis cha été vite fait.
Malgré min viux mantieau, taillé dins ch’ti d’min père
Un grand châle tricoté, pour pas ‘ttraper la crèfe,
Des candelles à min nez, j’étos pourtant bien fier,
D’ faire la quête à Paris , pour ches mineurs in grèfe .
Té ténos l’ main d’ tin père, bien sage sur ch’ trottoir,
L’ mien n’ étot pas là , i gardot ch’ carreau d’ fosse .
Quand j’ai tindu min tronc, j’ai croisé tin regard,
Comme mi j’ai bien vu qu’ té n’ comprénos pas grand cosse.
L’pétite pièche dins cheulle finte, alle arot du glicher
Mais te l’as mis dins m’ main, et mi j’ l’ai mis dins m’ poche.
Té sais pindant longtemps, j’ai cru l’avoir volée.
Té sais pindant longtemps, je m’ in sus fait l’ reproche.
D’ pus ch’ temps là, des p’tites pièches, min pétit parisien,
Je n’ai donné souvint, sans jamais m’ occuper,
D’ l’ état, ou de l’ couleur de ch’ti qui tindot s’main ,
In ravisant ches gins , comme té m’as ravisé.
Même in f’sant attintion, j’t’ aros pon arconnu,
Pétête que t’es à s’ t’ heure, in inragé d’ foteball,
Mais mi j’in sus certain, quoique té seuches devenu,
Ti, t’as pas pu écrire l’ fameusse banderole.

Bertrand COCQ

Fin merci à toi talentueux Bertrand, et bienvenu chez les poètes chti.