On est miux ichi qu'a Péris sans sous.

C'est une expression chauvine sans doute, mais qui repose sur une réalité. A Paris il faut tout acheter et tout déplacement se paie.
A Berck on peut disposer d'un jardin, élever des bêtes, et disposer des ressources de la mer : pêcher des poissons de la côte, des crevettes, récolter des coques ou hénons; en un mot vivre avec peu d'argent.
D'après : A l'écoute des berckois - Dictons et Proverbes - Sobriquets - Lucien Tétu
Livre aujourd'hui épuisé, publié en 1988.