Un vulcain
Un vulcain, sur une fleur de lilas de mer.





Un très joli poème de Pierre Sébert d’Arras.

El' rosée

Dins un gardin sogné, superpe
Eun’ rose étot dins tout s’bel’té. (beauté)
All’ rayonnot au-d’zeur de ch’l’herpe
Au grand solel d’un bel été.

Un papillon qui l' vot éclose
Tout duchett’mint comm’à l’ confesse,
Li dit « Surtout n’seuche pont morose ! »
Et pis fait des longués baisses.

Cor là rivé au crépuscule,
Nou volage est fait prijonnier
Et durant tout l’nuit, sans scrupule,
I continue à l’imbrasser.

Au jour, el’ rose eufe es’ corolle (ouvre)
A ch’ti qui li a appris l’amour.
Mais comm’un traîte, un sans parole,
I s’in va sans espoir d’artour.

Et v’là pourquoi qu’ celle rosée
All’ existe ed’ pis el’ viux temps :
Parc’ qu’un jour eun’ rose imbaumée
A brait s’n’ami in s’révillant.
Pierre Sébert

Livre de Guy Dubois