Carte postale ancienne de Berck
Une famille berckoise, photographiée dans les années 1900

In bienfoét n’est jamoés pérdu, in malfoét i est toujours rameintu.
(Patois berckois)

Cette locution proverbiale, surtout connue dans sa première partie, est fort pittoresque.
Sa construction est d’un parallèlisme et d’une opposition très rigoureux :
bienfoét et malfoét, jamais et toujours, perdu et rameintu, négation et affirmation.
Et curieusement on aboutit à une similitude : on se souvient ;
mais il est sûr qu’on se souvient davantage des injures reçues.

D'après :
A l'écoute des Berckois
Dictons et Proverbes- Sobriquets
Du regretté Lucien Tétu

Traduction littérale :
Un bienfait n’est jamais perdu, mais on se souvient toujours des actions malfaisantes.