El lette à Lafleur,

Tchot Blaise l’est tout émotionné, ech facteur i’y’o donné eine lette por Lafleur.
Pi l’o dit :
- N’el perd point, el lette lo all vient ed loin.

Tchot Blaise :
- Ecmin qu’o’l’savez ?

Facteur :
- Bé, voéyons, ch’est mi qui l’l’apporte.

Tchot Blaise i cache Lafleur tout partoute, pi il’l’démuche din ches hortillo-nage in train d’pêker.

Tchot Blaise :
- Tiens vlo eine lette ed loin.

Lafleur i’rbé ché timbes pi i dit :
- Ch’est seur, ch’est eine lette qu’all vient d’Ingleterre.

Tchot Blaise :
A n’est mie possible, voéyons Lafleur.

Lafleur :
- Bé, por qué raison ?

Tchot Blaise :
Bé, ch’est mie possible, ech facteur, j’l’l’ai vu evnir in vélo !


Traduction :
Une lettre pour Lafleur,

Petit Blaise est tout ému, le facteur lui a donné une lettre pour Lafleur.
Et il lui a dit :
- Ne la perd pas, elle vient de loin.
Petit Blaise :
Comment vous le savez ?
Facteur :
- Bien voyons, c’est moi qui l’apporte.
Petit Blaise cherche Lafleur tout partout, puis il le trouve dans les hortillonnages en train de pêcher.
Petit Blaise :
Tien voilà une lettre qui vient de loin.
Lafleur regarde les timbres et puis il dit :
- C’est sûr, c’est une lettre qui vient d’Angleterre.
Petit Blaise :
- Ce n’est pas possible, voyons Lafleur.
Lafleur :
- Ah bon, pour qu’elle raison ?
Petit Blaise :
- Eh bien, ce n’est pas possible, le facteur, je l’ai vu venir en vélo ?