Les p’tits osiaux, au paradis,
I’s s’ poursuiv’nt à travers les branques,
Tout in biecqu’tant dins les fleurs blanques
Des arp’s fruitiers tout raverdis.

Là-vas, d’sus les r’bords des fossés,
On intind l’ rossignol qui cante ;
Ichi, l’ gris’ fauvette ell’ raconte
Tout’s ses pein’s ed l’hiver passé.

L’hierbe ell’ pousse eddins les vergers ;
Cont’ les murs el vigne ell’ bourgeonne ;
El les miss’rons à l’ min’ friponne
I’s s’ démèn’nt comm’ des inragés.

Réveillé pou les bonn’s saisons,
El lézard cauff’ ses rhumatisses ;
Pindant qu’ les bataillons d’ fourmisses
I’s grimp’nt à l’assaut des maisons.

D’sus l’ point’ des pégnons rassemblés
On vot briller les girouettes ;
Et là-vas, ch’est des alouettes
Qu’in intind canter d’zeur les blés.

On sint d’ja l’odeur des lilas ;
On vot des papillons précoces,
Et pis des fleurs tout’s fraîch’s éclosses
Qui qu’minch’nt à mêler leus éclats.

L’ soleil i rajonnit les vieux,
Es caleur ell’ les ravigotte ;
On vot l’infant qui s’épagnotte :
Les biaux jours ch’est l’ plaisir des yeux !

On d’vient aussi gais qu’ des pinchons !
On rimbellit, l’amour i brille
Eddins les yeux dé l’ bell’ jonn’ fille
Et i-inflamme el cœur des garchons !

Valenciennes (11 mai 1902)
Florent Lesage (1871 – 1947)