Version sonore : Régis




Un soir d’hiver alors qui fait bin noir, Cafougnette i rinconte sin camarate Batisse Boudaine.
El Batisse y’est tout déloqueté et y’a s’gamelle in sang
.

- Eh ben Fieu, qu’éché qui t’arrive ? qui li dit Cafougnette.

- Euch’ sortos de ch’ bistrot de l’eglisse quin les gars SOMAIN y sont arrivés à chinq et qui m’ont foutu su m’ gamaelle.

- Ah les pouriises, d’où qu’ ché qui sont ?

- I sont toudis din ch’ bistrot !

- Attin,te vas vire, in va y’aller tous les deux.
Mi j’ vas rintrer din ch’troquet et j’ te va leur foutre eune de ces raclées et les sortir par el’ ferniette.
Ti té reste déhors et te les compte.
D’accord ?

- D’accord ! qui répond Batisse Boudaine.

A ch’ momint là Cafougnette i rintre dans ch’ troquet
et in intin un raffut du diape
pi i n'a un qui fait un vol plané par el’ ferniette et qu’i atterri sul pavé.
Batisse Boudaine y est tout contint et y crie :


- Eh un !

Et din l’ noir in entin l’aute qui répond :

- Compte pu, ché mi !


Le message qui accompagnait cette cafougnette envoyée par Alain Wery

Né à Lille en 1951 et exilé en Poitou-Charentes depuis 13 ans,
j'ai gardé amis et famille dans le Nord (Lille et Valenciennes)où je reviens régulièrement.
Je consulte souvent votre beau site et retrouve avec joie des photos des coins
où j'ai passé tant de vacances dans ma jeunesse (Merlimont, stella, wissant, "les moules" d'Equihen, Fort-Mahon, Sainte Cécile, ...)
et où j'en passe encore.

Quand j'ai le mal du pays (et même quand je ne l'ai pas !) je vais sur "mincoin"
et me mets un de vos nombreux et magnifiques fonds d'écran.

Quel bonheur d'avoir des gens comme vous qui valorisent notre beau pays
et qui mettent du baume au coeur des exilés.
Un grand bravo à vous et à votre famille et merci pour votre dévotion.

Afin de vous remercier, je vous envoie "eune p'tiote cafougnette" qui n'a pas l'air d'être sur votre site au demeurant très varié.