Dins min courtil, l’hierbe al’ arpousse,

Les aillets biqu’nt-té d’sous la mousse ;

Un greus lum’chon part in balate

Pou s’impaffer dins mes salates ;

Et mi, j’ l’arwette in rigolant ;

Y a mie à dir’, cha sint l’ printemps !


Les jonn’s fill’s mett’nt d’ si tiot’s jupettes

Qu’in leu vot presqu’el beurdouillette !

Les fieux in sont tout artournés !

I’ bourgeonn’ nt pir’ qué mes proniers

Mais jut’nt les farauds, in chiffant …

Y a mie à dir’, cha sint l’ printemps !


Mi, j’ai les yeux pleins d’ebluittes,

L’ leumièr’ m’ fait mau, tant al’ espite !

J’ mé sins l’âm d’un vrai galuriau,

J’ sus al’ ducass’, j’ vos tout in biau

Et j’ cros bin qu’ j’artrouv’ mes vingts ans

Dé m’ dir’ qu’infin, cha sin l’ printemps !

Jean POTTIEZ

Né en 1936