Quand i sont tertous insanne autour de ch’lit,

Avec el’reste ed’ forches qu’i a cor, i leu dit :

« Mes infants, acoutez bien, avant d’morir

Y’a eun’ affaire que j’veux vous dire.

Ch’est de, surtout n’point vinde nou terres

Qu’j’ai mi-même héritées d’vou grand-père.

Surtout qu’y a eun’ grosse fortune muchée d’dins !

Mais l’indrot, au jusse, j’sais pus fort bin.

Vous avez intérêt à cacher tout partout,

Avec du courache, o’z’in viendrez à bout ! »

Ch’père, eun’ fos mort, tous ches infants

S’mettent à artourner tous ches camps,

D’long in larque, comminchant timpe, finichant tard

, Mais toudis sans treuver l’moindre liard.

Si ch’n’est, par contre, que ch’t’année là i z’ont eu

Des récoltes comme i n’n’avottent jamais vues.

I n’y avot jamais eu d’argint d’muché,

Mais chelle leçon tertous l’avottent digérée.

Leu viux père, qu’ch’étot un homme fort sache,

Qu’ch’est dins leu bras qu’y avot d’l’or,

Et que ch’l’ouvrache aussi, ch’est un trésor.

Jules Dermaux (Dins min parlache de min Mouscron)



LE LABOUREUR ET SES ENFANTS


Travaillez, prenez de la peine :

C'est le fonds qui manque le moins.

Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine,

Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.

" Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage

Que nous ont laissé nos parents :

Un trésor est caché dedans.

Je ne sais pas l'endroit ; mais un peu de courage

Vous le fera trouver : vous en viendrez à bout.

Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'août :

Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place

Où la main ne passe et repasse. "

Le père mort, les fils vous retournent le champ,

Deçà, delà, partout : si bien qu'au bout de l'an

Il en rapporta davantage.

D'argent, point de caché. Mais le père fut sage

De leur montrer, avant sa mort,

Que le travail est un trésor.

La Fontaine