Duch’mint,duch’min, ches feulles all’ caitent,
In crorot vir ches apes qui braitent.
Après passés ches mos d’caleur
All’ ont cangé leur rhabillure.
Y in a eu d’toutes les couleurs.
Je n’nai vu des gaunes comme du burre.
Mais all’ mourottent, cha ch’est certain !
Et dins l’fond d’min cœur, j’ai cru même,
Qu’in veyant arriver l’ Toussaint,
All s’habillottent in chrysantème.

Duch’mint,duch’min, ches feulles all’ caitent,
In crorot vir ches apes qui braitent.
Pis, v’là l’hiver, et près d’sin fu,
In fête Noël au son des cloques,
Et ch’est à ch’ti qui fêt’ra l’miux !
Mais n’y a pus qu’eun’ feulle qui berloque
Tout in haut de ch’lape, in péril,
Seule dins ch’vint qui souffe in furie,
Comme eun’ larme qu’all’ pind à un cil
A l’dernière minute ed’ la vie.
Duch’mint, duch’mint, ches feulles all’caitent,
In crorot vir ches apes qui braitent.

Poésie d’André Laflutte qui restot à Arras


Caitent : tombent
Braitent : pleurent
Licocos : primevères sauvages
Talibures : gâteaux aux pommes
Gaunes : jaunes
Burre : beurre
Berloque : se balance