Chblog, le blog chti

Catégorie :

Textes en chti

Fil des billets

Baudet de Noel

dans la catégorie Textes en chti

Très beau conte de noël de Bertrand Cocq

Miniatures à découper

Découpages de Noël

L’ baudet d’ Noël

- ll vous a dit merci ?…mais il n ' y a rien de plus normal Louise, il a toujours dit merci !

- Ah nan…nan... nan..Il a pas toudis dit merci. Sauf vote respect Monsieur l' curé, mi cha fait quarante ans que je l' connos, et ch' est l' premier cop qu ' i m' dit merci ! Cha, j’ peux vous l’assurer, aussi vrai que j’ m’ appelle Louise.

- Enfin Louise, d’ aussi loin que je m’ en souvienne, il a toujours dit merci, en hochant la tête, pour les offrandes qu’ on lui faisait. C’est à cet effet que cet animal a été créé.

- J’ comprinds bien chu qu’ o dijez monsieur l’ curé… ouais, i a berloqué s' tiête comme i fait toudis, mais che l' fos chi, ch’ est pas parel, che l’ fos chi, i m' a dit merci avec s ' bouque !

Devant l' air médusé et perplexe du curé, la bonne vieille servante enchaîna :

- Voilà, monsieur l' curé, ch ' matin, comme tous z’ ans à parelle époque, j' ai installé l' crèche dins l' églisse…

- Merci, coupa le curé, je vous remercie ma brave Louise de me décharger de cette besogne, vous me facilitez la vie .

- Mon Diu ! Pinsez donc Monsieur l' curé, pinsez donc… ch’est mi rien…cha fait, ch ' t ' année chi, quarante ans que je m' occupe du dallache.
Quarante ans, que j' viens tous les jours donner un ptit cop d' ramon au matin, pour vire si tout il est à plache avant l' arrivée des premières garnoules d’ bénitier…

- Louise ! réprima sévèrement le curé.

- Enfin Monsieur l' curé, vous n' allez tout d’ même pas dire qu' alles ont rien d' aute à faire à lu maison, pour ête ichi à l' porte d' l'églisse tous les jours à 7 heures au matin tout d’ même ! Quand j’ arrife, alles sont déjà là comme des glaines qui attintent que ch’ sincier il eufe l’ porte du poulailler !

- C’est moi l’ sincier Louise ? demanda l’ abbé, puis, après quelques secondes, il ajouta : Mais justement, vous y êtes bien vous Louise !

Interloquée la vieille femme haussa les épaules et marmonna :

- Ouais pétête… mais mi… ch'est pas parel !

- Alors Louise ? reprit le curé.

Lire la suite...


Les grillades

dans la catégorie Textes en chti

Un homme aimot fort les grillades.
Ch'étot, pour li, l' pus bonn' des régalades,
Il in d'mande eun' fos pour souper...
"Conv'nu", dit s' femm', sans pinser d'l'attraper,
Comme elle l'a fait, pus tard, par circonstance,
On porrot mêm' dir 'par vengeance,
Ainsi qu'min récit l' l' apprindra.

Ch'étot l' matin, l'homme à s' boutiqu' s'in va.
Par malheur, i rincontre in route,
Un ami qui li paie un' goutte.
Li, point pingre, in paie eune aussi
Et veut partir... Mais l'aut', vrai sans-souci,
Et bien connu comme amusette,
Fait si bien, qu'i li tourne l' tiête,
Et qu'i pass't'nt à boir', tour à tour,
Des goutt's, de l' bière et du café, tout l'jour,
Au point qu'i s' sont rindus malades...

A l'heur' quon cuijot les grillades,
L'homme' rabroutte, infin, à s' mason,
faijant des zigzags... sans raison,
Sans l'einvi' d'mainger... au contraire...

L'f emm' n'avot pus qu'eun' cosse à faire :
L' déshabiller et l'mette au lit...
Ch'est chin qu'ell' fait... Mais d' colère et d' dépit,
Qu'i li donnot tant d' tablature,
Ell' li frotte l' bas d' s' figure,
D'action, avec eun' couënn' de lard,
In l' traitant pus d' vingt fos d' soûlard,
Et mainge, après, tous les grillad's...
Vl'a qu'l'homme,
Bien r'mis, l' lind'main (In'avot fait qu'un somme)
Sitôt l'vé, cope un croûton d' pain,
Et di' à s' femme "Cristi, qu' j'ai faim !
J'in peux pus, je m' sins v'nir malade ;
Donn' vit', donne' bien vite m' grillade !!!
"Quoi, t'grillad', dit l' femm', mais mallant !
T' l'as maingée, hier, in rintrant.
Te vos, fieu ! vl'la chin qu' ch'est d' trop boire.
Cha t'a fait perde tout l'mémoire.
Pourlèque un peu tes lèv's, qu'ell' dit,
Et vette au miro, comme t'barbe r'luit !...

I se r'vette, i s'pourlèque et vot que s'barbe est grasse.
Alors, honteux, i dit d'un air cocasse :
"Ch'est l' pur' vérité !... J' le r'connos...
Cré mâtin !... queull' cuit' que j'avos !!!"

Desrousseaux

Merci à Chantal Dubois, de m'avoir confié afin de partager avec "Nouzautes" ce biau texte.


Des nouvelles de la famille

dans la catégorie Textes en chti

Version sonore : Régis




- Alors D’siré, d’pus l’dernier cop te t’as rmis ?
- Bin ouais, mi cha va toudis.
J’ai bin eu l’niflette pindint in-ne paire ed jours mais à ch’t’heure ch’est tout.
- Et tin tiot, toudis aussi archèle ?
- Te verros cha, un vrai ver à queue. I n’arrête point in-ne minute. I a in-ne rute sinté.
I est pas si tôt rintré qu’le v’là déhors.
- Et t’fin-me, cha va aussi ?
- A m’ote qu’à ouais.
Alle a r’monté douze routes ed peun’tierres.
Pourquoi qu’té demindes cha ?
- Pas’que te viens d’sortir de l’pharmacerie.
Alors j’pinsos qu’y avot quelqu’un d’malate.
- L’jour qu’te m’verras sortir du cimetière cha voudra dire que j’sus mort !

Livre de michel meurdesoif
Extrait du livre :
L'minteux y est pas lon...
Michel Meurdesoif

Traduction littérale :
- Alors Désiré, depuis le dernier coup tu t’es remis ?
- Bien oui, moi ça va toujours. J’ai bien eu le nez qui coule pendant une paire de jours mais maintenant c’est tout.
- Et ton petit, toujours aussi remuant ?
- Tu verrais ça, un vrai ver à queue, il n’arrête pas une minute. Il a une rude santé. Il n’ai pas aussitôt rentré que le voilà dehors.
- Et ta femme, ça va aussi ?
- Il me semble que oui. Elle a remonté une douzaine de routes de pommes de terre. Pourquoi tu demandes ça ?
- Parce que tu viens de sortir de la pharmacie. Alors je pensais qu’il y avait quelqu’un de malade.
- Le jour que tu me verras sortir du cimetière ça voudra dire que je suis mort ?


Le concours de menteurs

dans la catégorie Textes en chti

Version sonore : Régis




Un concours ed'minteux

Ch’cop-là, à l’ducasse de l’tiote place y z’avotent organisé un concours ed’minteux.
Ch’est vrai qu’avec tous les péqueux, si te rajoutes les finmes, cha fait gramint d’candidats.
I z’étotent là tertous à raconter des carabistoulles mais les gins du jury i z’avotent fort à faire.
Minme el’curé qui n’d’intindot tous les jours i avot bin des russes à cujir l’meilleux.
Pour in définir ch’est core D’siré qui l’z’a mis d’accord. Tout le monde i a voté pour li.
Pourtant i n’a pas raconté grind cosse. I s’a avinché pa d’vint les gins et i leur z’a dit :
- Mi, ed’tout m’vie j’ai jamais minti !
Total : médalle d’or et hors concours.

Le livre de michel meurdesoif
Extrait du livre :
L'minteux y est pas lon...
Michel Meurdesoif


Traduction littérale :
Un concours de menteurs

Cette fois là, à la ducasse de la petite place ils avaient organisé un concours de menteurs.
C’est vrai qu’avec tous les pêcheurs, si tu rajoutes les femmes, ça fait beaucoup de candidats.
Ils étaient là tous à raconter des histoires mais les gens du jury avaient fort à faire.
Même le curé qui en n’entendait tout les jours avait bien des soucis à choisir la meilleure.
Pour en finir c’est encore Désiré qui les a mis d’accord.
Tout le monde a voté pour lui.
Pourtant il n’a pas dit grand-chose.
Il s’est avancé devant les gens et leurs à dit :
- Moi, je n’ai jamais menti !
Total : médaille d’or et hors concours.


Un genièvre une pomme

dans la catégorie Textes en chti

Version sonore : Régis




- Acoute, D'siré, cha fait cinq cops su l'mos qu'te m'appelles, inne crisse ed foie, la goutte et pis tout l'restant.
I's'rot p'tête timps qu'te lèves el'pied au lieu d'lever l'coute.

- Ouais, ch'est vrai, docteur, mais ch'est dur ed perte ses habitudes.
Et pis je n'sauros mie arfuser les verres qu'in m'offe.

- Quind même, D'siré, te pourros freiner su le gn'nièfe. Te sais chouqu'te devros faire ?

- Nan, mais j'veux bin essayer.

- Ch'est facile. Quind t'as invie d'un g'nièfe, té croques inne pomme.

- Ohu, docteur, c'mint qu'j'vas faire pour in minger vingt par jour ?

le livre de michel meurdesoif
Extrait du livre :
L'minteux y est pas lon...
Michel Meurdesoif

Lire la suite...


- page 1 de 2