Chblog, le blog chti

Catégorie :

Poèmes chti

Fil des billets

Chés calindriers

dans la catégorie Poèmes chti

Clocher d'Airon
Le clocher de l'église d'Airon-saint-Vaast sous la neige

Cha y est, mes gins, les v'là qui r'viennent
Les colporteux d'calindriers !
Hier soir l' premier specimen
A moutré s'nez dins no quartier.

In est toudis un peu surpris
D'intinte à l' brume, toquer à l' porte,
D'vir un grand gaillard, dont l'képi
Dégouline d'iau sus l'bleuse capote.

Soudain, ch'est l' vérité toute crue.
Ch'est l'évidince parsonnifiée.
L'saison des étrennes est r'vénue.
V'là l' calindrier des pompiers !

Jamais farcés les gars du feu !
Fidèles aux pleufes d'automne.
Vous d'm'direz, ch'est l' métier qui l'veut,
Ne r'grettons pas les sous qu'in donne.

Tous l'zans, ichi, dins no villache,
In a l'drot à série complète.
D'el' Poste in cujit l'belle imache
Avec tous ches saints, toutes les fêtes.

Arrivent aussi ches brafes boueux
Immitouflés dins leu casaques,
Et d'leu grosses mains sont bienheureux
D'nous faire don d'leu almanach

Derrière es' comptoir l'épicier
Fort soucieux d'vinde es' marchandise,
Offr'el banal calindrier,
Mièleuss' réclame ed' pain d'épice.

Unis comme deux larrons in foire,
Ch'ti d'La Redoute et des Trois Suisses,
Eux, s'mettent in quate pour nous avoir
Jusqu'à l'dernière ed' no quémisses.

Et cha s'impile ! Et cha s'intasse !
N'oublions pas ch'ti du boucher,
El' calindrier de l' paroisse
Avec eun' vue d'not' fier clocher.

Infin d'quoi garnir tout un mur.
N'impêche, que durant tout l'année,
M' femme, in faisant ses écritures,
M' deminde toutis el' jour qu'in est !

Roger Moura - 59 - Bousignies sur Roc

Relevé dans Commint qu'i dijot pépère ? de Guy Dubois


L'serpint

dans la catégorie Poèmes chti

Un tiot serpent

Momère, Momère, mais vins donc vir !

Y a un serpint, là, d'sus eun' pir' !

Et fin surprisse, j'vos m'n'Elodie Qui tronne ed' peur, dins min courti.

Et n'accoutant qu'min courache,

Veyant ch't'afant in perdichion,

Ch'est in tcheurant, ouai, malgré m'n'âche,

Que j'prinds bin vite min vis ramon.

Ej' sins min tchoeur batte dins m'potraine

In m'in allant vers em'n'enfant !

Ej' cros morir de l'courte haleine,

J'fais d'min pus vite, j'arrife à temps!

Et là... d'sus l'pir'... ej' vos tout d'eun',

un vier ed' terre... es' tortennant... !

Très beau et touchant tiot poème d'Irène Lefebvre de Villeneuve d'Ascq

Momère : maman
Vins : viens
Tronne : tremble
Tcheurant : courant
Tchoeur : coeur
M'potraine : ma poitrine
Em'n'afant : mon enfant
Es'tortennant : se tortillant

Relevé dans Commint qu'i dijot pépère ? de Guy Dubois


Balade des pets

dans la catégorie Poèmes chti

Péter, ch'est commint ? Tout l'monde i pète !

Que té seuches notaire ou sacristain

Que té seuches doyen ou bourgmestre,

Pour cha, tertous i est musicien !

Cha, ch'est l' démocratie du cul...

Mais, tous les pets n'sont point parels.

Des pets i n'n'a trente-six modèles :

J'vous in donne un p'tit aperchu.

Y a l' pet honnête, qu'on fait exprès,

Ed' tout sin pus fort, sans hésiter.

Après , in dit :cha ch'est péter !

Fais-in toudis autant, si té sais !

Ch'est l' pet qui sort du moïen-âche,

L' pet qu' Cafougnette, l'gampe lévée... i lâche !

Ch'est l' pet gaulois qui intind l' riache,

Ch'est l' rire qui éclate dins un pétiache,

Franc comme ed' l'or, haut in couleur,

Et...je n' parle même point d'l'odeur !

Y a l'pet qui part in traîte,tout seu,

Et cha n'est jamais quand qu'té veux!

I s'ra inodore, mais ...sonore,

Dins l' genre : J'aime el' son du cor !

Ch'est l' pet qui buque in société

Au momint dù qu' tout l' monde i s'tait.

L' pet sans raclure, el' cop d'canon,

El' pet qui t' f'ra eun' réputation.

A t' mine in vot ed' dù qu'i est parti !

Pas la peine ed' mintir, ch'est ti !

Y a l' pet du rigolo démonté.

L' pet qui n'est point prémédité.

L' pet que té n' saros point ête maîte,

Qui s'a mis in route ,comme cha , tout biête !

Ch'est des frou-frou, ch'est des prou-prou.

Eun' esplosion qu't'as livré oute !

Et pus qu'té ris, pus qu'té pètes !

Oh la la, ch'est eun' maladie !

Mon diu, mon diu, faites que j'm'arrête !

Y a l' guirloute silincieusse.

Té n'intinds rien...mais té l' sins bien !

Ch'est l' vesse in v'lours, insidieusse,

L' vesse capiteusse, au riche parfum !

T'nez, in n'in prind plus qu'avec eun' pelle !

Mais ...quo qu'in a mingé la velle ?

"qui qu'i a pété ?" qu'i dit min père.

"ch'est ti!", "ch'est li!", "nan, ch'est grand-mère !"

J' l'arconnos au sintimint !

Té diros qu'in carrie fien au gardin !

Y a l'pet rétrinté de l' vielle fille,

L'pet caca-à-fique qui s'faufile...

I passe à l'huche in baissant l' tiête,

Ch't'un pet qui n'a ni cul, ni tiête !

I a toudis l'air ed' s' accuser,

Ch'est un pet qu'i est toudis à confesse,

Qui chuchotte in serrant les fesses,

Comme si qu'cha s'rot un gros péché!

Pétez, pétez,vielle demoiselle,

L' Bon Diu n' ravise point à l'oselle !

Y a l' pet des baronnes, des comtesses.

Ichi ,té n' peux pus dire ...eun' vesse !

Quand in est dins l'opulence

On n' pète pus, nan, in ...pétulance !

In souffert ed' ...flatuosité !

Ch'est bon pour les manants d'péter !

Mais...l' naque , all' n'est point pus délicate !

In dit qu'l'argint n' a point d'odeur ?

Arnifelle quand i lach'nt eun' fleur ,

Té s'ras au parfum, comarate !

Y a aussi l' pet du constipé,

Un pet minape et circonspect.

I voudrot bin...mais i n' sait point.

Ch'est l' pet qui tourne autour du pot,

Un pet poussif et tout tristounet,

Un pet cachiveux et tout langreux,

Un pet qui arot perdu l' tiercé,

Un solo pour trompette bouché !

Ch'est l' flûtieau qui invie l' trombone,

Ch'est l' reqiem pour...un pet d'nonne

Y a l' pet qu' j'appell'ros "jonne ménache".

I a du mérite, parc'qu'i s'ménache !

I s'artient l' pus longtimps qu'i sait !

Amour, cha n' rime point avec péter !

Mais, un bieau jour, faut bien qu'i craque,

Jusse quand qu' Georgette ,tout à traque,

Dit:" Hinri, quo que j' f'ros sans ti ?"

Et té réponds " bin, té l'as sinti !"

T'es gêné, té n'sais pus dù t' mette,

Et Georgette all' rit tell'mint...qu'all' pète !

Et y aura l' pet du viux ménache

Qui tonne dins l' ciel sans nuache.

Ch'est l' duo d'amour ed' Lacmé

Que pouss'nt insonne les viux mariés !

D'vant leu Télé i font sissite

Pour el' match Paris-Madrid.

"Pan, v'là un but !" qu'i crie grand-père.

"Je n'sus point sourte, qu'all' dit grand-mère,

Ch'est ti qu' té viens d'shooter l' coup franc !"

"P't'ête, mais t'avos fait l' passe avant !"

Et tous les soirs, ch'est l' même arfrain,

Ch'est ainsi qu'in s'aime...à tous vints !

V'là, j'vous ai mis dins vou assiette

Eun' brochette ed' vesses variées.

Mais m' liste all' est loin d'ête complète,

Des pets... i n'n'a eun' infinité !

Y a l' pet qu'in fait pus haut qu'sin cul.

Y a l' pet dins l'ieau qui fait des bulles.

Y a l' pet qu'té fais quand qu' t'as la drisse,

Un pet qui espite et vaporisse.

Y a l' pet qu' té lâches quand qu' t'as l' tronisse !

Y a l' pet qu'té fais in douce, l' diminche à l'églisse,

Quand qu' té prinds tin derrière pour l'incinsoir .

Y a l' pet du matin et y a l'pet du soir.

L' pet du mossieur bien mis, el' pet son et lumière !

Y a l' pet du PDG et y a l' pet de l' rombière.

J'pourros continuer ainsi s'quà d'main matin,

Mais...observez vous-même, acoutez vot' visin,

Arniflez vot ' belle-mère...ayez du sintimint !

Travaillez, prénez de l' peine, ch'est l'fond...qui manque el' moins !

Balade des pets.(d'après Pierre Delancre)

Merci à Guy Dubois pour nous avoir fait découvrir cette charmante balade au pays des pets.


La grenoulle et le boeuf

dans la catégorie Poèmes chti

Grenouille et boeuf

El guernoulle qu'al volot éte aussi grosse qu'ein boeu


I n'avot eine fos eine guernoulle
qu'a se proumenot dins ein chwez, au mitan del berdoulle.
Arrivant d'chés patures, arrète i là ein boeu,
bézé gras, qui venot boire à chés flaques ein tiot peu.
No rame, qu'al n'étot pos pus grosse qu'ein pied d'éclette
s'met dins l'idée, èque comme ein boeu, al porrot ête.
Alorse vlà qu'al comminche é se gofler tint qu'al peut
Qu'esse boudaine al dévient comme eine vessie d'pourcheu.
A ses copon.nes al dit : " Rvéttiez padvint paddère,
j'vas-t-i bétot rsin.ner à ch'grint brouteu d'gakière ?
Va oui ! - Achteur j'y sus ? - Cha non ! - Ch'cop-chi j'el sins !
Vous n'êtes pos cor si ron.ne qu'eine chitroulle ed gardin !
No guernoulle al a si bin goflé s'carcasse
Qu'al s'a épautrée comme ein pétard al ducasse.
Invieux comme el gauernoulle, el mon.ne il est plo d'gins
qui s'erruinetent pou faire accroire qu'is ont d'l'argint.
Ch'ti qui a ein.ne tiote mason i vorot eine batisse ;
et même si i est varlet, sin rèfe ch'est d'ête minisse.
Morse, sins se laicher ébluir,
vlà mes gins chou qu'i vous feut r'tenir :
In n'drot jin.mais faire d'écapette
pus heut qu'al est plachée s'tropette.

Relevé dans "Proverbes contes et poèmes en patois du Cambrésis" de Gery Herbert.

Lire la suite...


L' peindule

dans la catégorie Poèmes chti

Vieille pendule

A ! comm' té m' senn's eincor fenn' belle,
Viell' peindule d' mes grands-pareints !
Combien tin tic-tac em' rappelle
Ed biaux souv'nirs et d' douch's momeinnts !

T' veyant, j'vos m mémèr', cheull' bonn' viellé
Qui savot m' grouler si duch'meint
Quand j' fasos d' travers ; et pour elle
J t'eimpéchos d' marcher bin souveint !

"quoess' qué t' fais, qu'all' m' disot, solent !"
D'êt' tranquille, j' fasos sennant,
Pour mi n' point l' fair' mette ein colère.

Mais j m' souviens qu'ein t'arrêtant
Ej peinsos dans m' jugeott' d'einfant,
L' varder pus longtemps, m' bonn' mémère.

Revue septentrionale, 1910

Edouart Turbié (1875-1944)

Le livre du Rouchi - Jean Dauby


- page 3 de 12 -