Chblog, le blog chti

Catégorie :

Poèmes chti

Fil des billets

La journée de la femme chés les ch'tis

dans la catégorie Poèmes chti

Les yux de l'amour

Les yux d'ches femmes

Dins les yux d' chaque femme
y a de la joie et des drames
du plaisi et de l' souffrance
et parfos un reste d'infance
mais dans les yux d'ches femmes
i devrot jamais y avoir d'larmes
ch'est fragile comme eune fleur
et pourtant si solite au labeur
dins les yux d'chaque femme
mi j'arvos ceux de m'mère
aussi pour mi ch'est un drame
que d'vire eune femme braire
dins les yux d'chaque femme
y a tant d'amour et d'caleur
y a aussi comme eune flamme
qui fait du bin à min coeur

Bierlair René dit Cartouche


Le galibot

dans la catégorie Poèmes chti

Le galibot
Galibot meneux d'quevaux, en photo, relevé dans Les chevaux de mine retrouvés de Sylvain Post

Le galibot, mot ch'ti qui désigne un enfant ouvrier mineur, conté par Isaïe Lampin, poète patoisant de Souchez, ancien mineur.

La version conté par Isaïe Lampin : Le galibot, Asaie Lampin

Le Texte : El (Le) galibot

I l'est pas core chinq heures, déhors i fait core nuit
Eune à eune toutes ché lampes y s'alleument autour de ch' puits
L'heure qu'alle a tant ardoutée, alle le vot arriver
Es n'infant i dort cor, alle s'in va l' réveiller.

Avant d'ouvrir l' porte alle intind eune tiote voix
Ech gamin i a compris es maman alle est là
L'matinée là, surmint i s'in rappelera tout l' temps
I est haut comme tros peimmes, i n'a pas cor quinze ans.

Sin p'tit nez s'est pinché, ses yux i sont rougis
Nan ch' tiot i-a pas brait, mais il a mal dormi
I l'a vu tout passer, tout a tourné din s' tête
Cha a tourné sur'mint pu vite que les molettes.

Es maman alle est là tout alintour ed li
Pour l' première fos de s'vie, i va quitter sin nid
I sait à peine voler, il li faudrot quéqu'in Sin papa n'est plus là pour li l' printe par la main.

Alle l'imbrasse core eune fos, alle le serre sus sin coeur
Min tiot i faut partir, té vos i va ête l' heure
Ché mineurs i s'in vont, i vont t'accompagner
Avec eusses n'ai pas peur, i n'y ont tertous passé.

Mais ch' quémin qui dot faire i li parait si long
I l'a tant ravaudé pour li juer au ballon
Qui qu'minche à découvrir des coins qui n'a pas vus
Ech chevalet là-bas, il est au fond de l' rue.

Es ' tiote barrettes sus' tête, es musette à sin dos
Avant d'rinter din l' cache, i soupire un grand cop
Ses pétites mains sont moites, sin pétit coeur i bat
Dins in pétit momint i sera tout in bas.

Alors comme un éclair toute s' jeunesse alle arpasse
I s'arvot sus ché bancs quand il étot in classe
I r'pinse à sin papa, sin pépé, sin papi
Pour faire ech dur labeur, i n'y ont laiché leu vie.

Avec deux gros yux ronds comme un p'tit cat poursui
I tersaute à chaque cop qu' cha buque autour d' li
I baisse bin s' pétite tête, i va butter ses pieds
I li faudra longtemps pour apprinte ch' métier.

Et cha va ête comme cha pindant l' pu dure journée
Quand briquet i viendra, cha n' voudra pas passer
Sin bout' lot, ses tartines i resteront din s' musette.
Pour sin tiot frère in haut, cha s'ra ch' pain d'alouette.

A mitan arlavé aved deux grosse leunettes
I traverse ch' coron comme eune poute d'escampette
jamais autant dé s' vie, i'a aimé es maman
Alle est là qu'alle attind, d' pus ch' matin in tremblant.

I queur eune dernière fos, il li saute à sin cou
Alors deux grosses é larmes queurtent sus leurs joues
Et pi tout in frémichant, s' blotichant sus sin coeur
I li dit calmemint, maman, j'ai pas eu peur.

Isaïe LAMPIN ( 1927 - 2007 )


CH’ SOULAUD ET S’ FIN.ME

dans la catégorie Poèmes chti

CH’ SOULAUD ET S’ FIN.ME

Tertous in a des vices, et toudis in s’y tient :
De n’ n’avoir honte cha n’ cainge mie rin.
In parlaint d’ cha, v’là chi eun’ cafougnette
Pour vous moutrer, des fos qu’ vous sérott’s biêtes,
Chu qu’ j’ raconte.
Un dépindu d’ soulaud
Asniquot ses boïaux et s’ tiète, vuidot ses poques.
I n’a des gins comme cha qui train’tent dins leus loques
Margré qui sont pas viux, langreux comme des bièque-bos.
Eun’ fos qu’ ch’ tiot Gustaf’ (ch’est l’ nom à no toutoule)
I-étot pu dins ses queuches, ayaint trop bu d’ bistoule,
S’ fin.me Tina l’infreuma dins l’ cabane-à-z-outils.
Gustaf’, pa l’ guénièf’ tout guerzi,
I cuvot ses toxines. À sin rével i treufe
Autour dé s’ guife ed’ bos ch’ l’attiral à croque-morts.
« Ah ! ben, j’ai dû grin.mint faire fort,
Busie notre homme. À ch’t’ heure, em’ fin.me all’ s’rot-ti veuf’ ? »
Là d’sus, manman Tina, in costume Belphégor
Noirt’ jusqu’à l’ bout d’ ses pids et d’eun’ vox de stentor
Arrif’ à ch’ faux cadaf’ in s’approchaint dé l’ bière,
Li donne du Canigou dins eun’ cuvielle in fier.
« Ch’ cop-chi, qu’i s’dit Gustaf’, n’a pas d’ manières à faire ;
Tout drot t’es rindu in infer. »
« Queu qu’ cha n’ n’est que ch’ bazar ? In dirot un fantôme !
- Qui j’ sus ? J’ m’in vas té l’ dire, bolhomme :
L’ bonniche à Luchifer ; ch’est mi qué j’ donne à mier
À ch’ti qué ch’ Bon Diu fout à l’huche.
- À mier ? qui dit Gustaf’, cha ch’est
Bin biau ; as-tu pinsé à l’ chuche ? »

Jean de la Fontaine
Mise en picard : Jean-Pierre Darras
Jean-Pierre Darras et sa femme Marie-Paule sont des comédiens patoisants (entre autres) de Cambrai, et sont les amis de Kimberlote. Connaissez-vous leur site ? http://www.claraetbistoule.fr/picard/


Traduction du petit quinquin

dans la catégorie Poèmes chti

Le petit quinquin chanté par Aimable.



Le p'tit quinquin

Le petit quinquin chanté par Raoul de Godewarsvelde.


Les paroles en chti : le petit quinquin

La traduction en français du petit quinquin :

Dors mon petit garçon, mon petit poussin, mon gros grain de raisin,
Tu me feras du chagrin, si tu ne dors pas jusqu'à demain.

Ainsi l'autre jour une pauvre dentelière,
En berçant son petit garçon,
Qui depuis trois quarts d'heures ne faisait que pleurer,
Tâchait de l'endormir avec une chanson,
Elle lui disait "min narcisse,
Demain tu auras du pain d'épice,
Des bonbons à gogo, si tu es sage et si tu fais dodo."

Dors mon petit garçon, mon petit poussin, mon gros grain de raisin,
Tu me feras du chagrin, si tu ne dors pas jusqu'à demain.

Et si tu me laisses faire une bonne semaine,
J’irai chercher ton beau sarrau
Ton patalon de drap, ton gilet de laine,
Comme un petit Milord tu seras faraud !
Je t’acheterai, le jour de la ducasse,
Un polichinelle cocasse
Un turlututu, pour jouer l’air du chapeau pointu.

Dors mon petit garçon, mon petit poussin, mon gros grain de raisin,
Tu me feras du chagrin, si tu ne dors pas jusqu'à demain.

Nous irons dans la cour, Jeannette-aux-Vaches,
Voir les marionnettes comme tu riras
Quand tu entendras dire un sou pour Jacques,
Par le polichinelle qui parle mal
Tu lui mettras dans sa main,
Au lieu d'un sou un rond de carrotte
Il te dira merci, parce comme nous, il prendra du plaisir !

Dors mon petit garçon, mon petit poussin, mon gros grain de raisin,
Tu me feras du chagrin, si tu ne dors pas jusqu'à demain.

Et si par hazard son maître se fâche,
C’est alors Narcisse que nous rirons
Sans n’avoir envie, je prendrai mon air méchant,
Je lui dirai son nom et ses surnoms
Je lui dirai des fariboles,
Il m’en répondra des drôles
Enfin, chacun verra deux spectacles au lieu d’un.

Dors mon petit garçon, mon petit poussin, mon gros grain de raisin,
Tu me feras du chagrin, si tu ne dors pas jusqu'à demain.

Alors serre tes yeux, dors mon bonhomme,
Je vais dire une prière au petit Jésus,
Pour qu’il vienne ici, pendant ton somme,
Te faire rêver que j'ai les mains pleines d'écus,
Pour qu'il t'apporte une brioche,
Avec du sirop qui coule
Tout le long de ton menton, tu te pourlécheras trois heures du long.

Dors mon petit garçon, mon petit poussin, mon gros grain de raisin,
Tu me feras du chagrin, si tu ne dors pas jusqu'à demain.

Le mois qui vient, c'est la fête de St Nicolas,
C'est sûr au soir il viendra te trouver
Il te fera un sermon et te laissera mettre,
En-dessous du ballot un grand panier
Il le remplira si tu es sage,
De choses qui te rendront heureux Sinon son baudet t’enverra un grand martinet.

Dors mon petit garçon, mon petit poussin, mon gros grain de raisin,
Tu me feras du chagrin, si tu ne dors pas jusqu'à demain.

Ni les marionnettes, ni le pain d’épice,
N’ont produit d’effet ; mais le martinet
A vite calmé le petit Narcisse,
Qui craignait de voir arriver le baudet
Il a dit sa berceuse,
Sa mère l’a mis dans son berceau
A repris son coussin, et répété vingt fois le refrain.

Dors mon petit garçon, mon petit poussin, mon gros grain de raisin,
Tu me feras du chagrin, si tu ne dors pas jusqu'à demain.


Sagesse paysanne en pays chti

dans la catégorie Poèmes chti

Pourchau
Pourchau (cochon) en route pour le salo (saloir) ?

Scène de vie paysanne, que nous narre avec beaucoup de talent Georges Fidit à travers ce truculent poème. Georges Fidit vécu à Valenciennes de 1864 à 1926.

L' pourchau du groeus cinsier Souflette
Vient dé s' nôyer dins l'abruvoir.
Et s' femm', dins l' pus grand désepoir,
Dit : "queu dommache ! eun' si biell' biête !
Un pourchau qui pésot tros chints !
Queu malheur ! i déboulot d' graisse !
- Awi, dit s'n homme à s' vrai bon sins,
Chu qu' ch'est qué d' nous tout même, hein, Théresse ?"

Relevé dans le Livre du Rouchi de Jean Dauby.

Cinsier : paysan
Débouler : être plein, déborder.
Débouler de graisse : couler sous la graisse.

Des difficultés pour la compréhension pour certain mot, n'hésitez pas à en faire part dans les commentaires.

Temps de rédaction pour l'article : 35 mn


- page 2 de 12 -