Chblog, le blog chti

Catégorie :

Patois boulonnais

Fil des billets

Les yeux qui coulent

dans la catégorie Patois boulonnais

La marchande de marée
Boulogne-sur-Mer - La marchande de marée

Quand les yeux coulent en raison d'une conjonctivite on dit :

Il a d'humeur.

Il a des yus bordaille ed jambon.

Il a la goutt' ed lait din les yus.

Il a des p'tits yus comm' un lapin russ (les lapins russes sont blancs au yeux rouges.

Il a des yus cassiaw.

Qui t'as appelé cassiaw avec ed' si biaw yus ? sert à couper court à une discussion. Se dit un peu à tous propos : "ça suffit comme celà ! .

Le mot cassiaw vient de "casse" ou "chassie", pus concrété au niveau des cils, des sourcils au coin de l'oeil, après le sommeil et lors des conjectivites. Si on donne trop de sucre aux enfants (ou aux chiens) cela peut leur donner de la "casse". Les "balais" ou cils peuvent d'ailleurs en tomber.

Relevé dans On sommes péquailles, les boulonnais parlent de leur santé par le Docteur Jean-Pierre Dickes.


Neu

dans la catégorie Patois boulonnais

Pour ches z'hommes

Va t' faire tond' t'aras du poil neu.

Signifie : va te faire voir ailleurs

' Relevé dans Le patois de la côte de Jean Pierre Dickès


Arvenir

dans la catégorie Patois boulonnais

Sculpture folle

Si les morts i z'arviennent-te pon c'est qu'i sont ben.

Ce qui signifie que : les morts sont bien là où ils sont.

Relevé dans Le patois de la côte de Jean-Pierre Dickès.

Joli zombi
Crédit photo : Mark Newman


Un cocu i vit vieux

dans la catégorie Patois boulonnais

Auto collant foot boulogne sur mer
Crédit photo : boutique U.S.B.C.O

I vaw miu êt' cocu qu'sous-préfét ; moins 'd dangér 'd pérd es' place !

Relevé dans Le patois de la Côte de Jean Pierre Dickès


Arrien 'd palmay

dans la catégorie Patois boulonnais

Quai Gambetta
Boulogne-sur-Mer, le quai Gambetta en 1900

Palmay : palmé, paresseux, gêné pour travailler par la palmure des ses mains.

Arrien 'd palmay : quel paresseux ! le palmé a en effet du mal à remuer ses doigts. On dit aussi en parlant du paresseux que ces un palmipède. Quand on prononce ce mot, on met ses mains à la hauteur des hanches et on se retourne vers l'arrière. D'où l'expression qui a le même sens : il a lés pattes à l'artourne : il a ses mains retournées. I s'est palmay din lés convulzions : il s'est pâmé en convulsions.

Jean Pierre Dickès - Le patois de la côte d'Opale.


- page 3 de 23 -