Chblog, le blog chti

Catégorie :

ch'tit'école

Fil des billets

Ecole de patois Haisnes

dans la catégorie ch'tit'école

Ecole de chti

L’Ecole ed’ Patois all’ est bètôt finite !

La Maison des Parlaches à Haisnes les La Bassée

L’Ecole ed’ Patois all’ est bètôt finite !

Le 28 mai, nous accueillons Ch’ti Robert qui viendra nous interpréter ses dernières chansons dont une émouvante « Bonne Fête Man ! ». Son disque qui rassemble ses morceaux choisis comporte une interprétation surprenante du succès « C’est interdit » dont il est l’auteur.

Cette soirée se déroulera sous les auspices de La Choulette dont le responsable, Alain Dhaussy, figurera parmi les élèves.

Le 4 juin a lieu la séance de clôture. L’invité est Simon Colliez qui vient présenter son dernier CD « Géants de mon pays » avec de nouvelles bellottes canchons.

Après ces réjouissances, les élèves de l’Ecole de Patois sont en vacances. Pour ne pas oublier les acquis durant les mois d’été, Gageons qu’ils repartiront avec leurs devoirs de vacances dans leur carnasse !

Ch'maiteGuy Dubois

Ecole de patois

4, rue des 4 poteaux

62138 Haisnes lez La Bassée

Email : haisnes@wanadoo.fr (à l'attention de Guy Dubois)


Ecole de patois

dans la catégorie ch'tit'école

Ecole de patois

FRANÇOISE KUCHEIDA A LA MAISON DES PARLACHES A HAISNES

Au 4 rue des 4 poteaux à Haisnes, le vendredi connait chaque semaine une agitation particulière. De 18 à 20 heures, fonctionne en ces lieux, une école ed’ patois particulière. Elle rassemble autour de Guy Dubois une trentaine de personnes qui trouvent plaisir à réutiliser le langage traditionnel de la région, le patois du Nord de la France, à faire connaissance avec les auteurs qui ont écrit dans cette langue et à honorer tous ceux qui la défendent actuellement. C’est ainsi que de nombreux artistes ont déjà fréquenté ces lieux, de Simon Colliez à José Ambre, en passant par Mauricette Tanière ou les membres de Toudis Simons. Les derniers en date à rendre visite aux « élèfes ed’ l’école » ont été le truculent Jules Ramon, le poète Jean-Claude Lampin, Bertrand Cocq, Alain Lempens, Ch’ti Robert et Marie Laurence Delille, en fait, rien que du beau monde !

Ce vendredi 2 avril, c’est une chanteuse locale internationale, et pourtant méconnue dans notre région, qu’ils vont accueillir. Il s’agit de Françoise Kucheida qui interprète merveilleusement les plus grands de la chanson comme Brel ou Brassens, mais aussi ses touchantes compositions personnelles. Elle vient d’enregistrer un CD 2 titres, dont une « Ch’tit’ chanson » en patois d’ici qui va en émouvoir plus d’un. « J’t’arconnos, t’es d’min coin, de t’vir cha m’ fait du bien.. » C’est à ce titre qu’elle est l’invitée de la Maison des Parlaches. Tous les amoureux de notre vieux langage peuvent assister à cette séquence exceptionnelle : comme on dit dans notre coin, « elle porte all’ est toudis ouverte, rinte sans buquer et y aura toudis eun’ caïelle pour ti ! ».


Pataraf

dans la catégorie ch'tit'école

Maîtresse en colère

Des patarafs ed'punitions.

Relevé dans Parler Picard au bon vieux temps de Jules Joly


Tomber en chti

dans la catégorie ch'tit'école

Le phare de Berck sous la neige

J'irai si cha tombe = si j'en ai l'occasion.
Bin à tomber ! dit Cafougnette. Ils ont vraimint bin choisi l' jour ! bien étonnant ! (Jules Mousseron)
Cha s'rot bin étombé qu'tu n'aros pas l' temps chinq minutes = ça serait bien étonnant. (Jules Quertinier)
(Si)Cha tombe, i n'a ni bu ni meingé d'pus huit jours = peut-être, si cela est. (René Ducorron)

Relevé dans Le livre du Rouchi de Jean Dauby


Jeu collectif chti

dans la catégorie ch'tit'école

Chti jeu

Il s'agit d'un jeu collectif qui se jouait aux récréations sous l'oeil bienveillant des instituteurs qui n'avaient sous la main ,à l'époque, ni mercurochrome, ni sparadrap... ni même de déclaration d'accident !

A l’ doche berlicoco

2 équipes de 5 ou 6

-l’équipe des porteurs

-l’équipe des sauteurs

L’équipe des porteurs

Le chef est adossé à un mur, bras ballants devant lui , les 2 mains reliées par les 5 doigts .

Le 1er porteur, dos baissé, pose sa tête dans les 2 mains du chef, et prend appui des bras sur ses jambes pour obtenir une position solide

Le 2ème et les autres porteurs, dos baissé, placent leur tête entre les jambes de celui qui les précède

et prennent appui des bras sur leurs jambes. Ils forment une chenille. Il s’agit d’offrir un terrain solide lorsque l’autre équipe va sauter sur leur « doche ».

L’équipe des sauteurs

C’est le principe du saute-mouton, mais il faut rester à cheval sur « l’doche »

C’est le plus agile, en général le chef, qui saute le premier et le plus loin possible, pour atterrir sur le dos du 1er porteur. Une fois placé, il n’a plus le droit d’effectuer des mouvements pour avancer sur « l’doche ». Les autres sauteurs le suivent et essaient de se placer les uns derrière les autres et de garder leur équilibre.

Règle du jeu

Si l’un des sauteurs tombe ou pose le pied à terre, le jeu s’arrête et les porteurs deviennent les sauteurs.

Si les porteurs ne résistent pas à l’assaut des sauteurs et s’écroulent, le jeu s’arrête et les porteurs reprennent leur place pour un autre essai.

Si tous les sauteurs se placent correctement sur « l’doche » sans tomber, ils comptent jusqu’à 10 pour prouver qu’ils sont bien en place. Au cas où aucun incident ne se produit pendant le décompte, ils ont gagné le droit de recommencer une partie.

Mais ils doivent offrir une chance aux porteurs de prendre leur place. Le chef des sauteurs montre au chef des porteurs le nombre de ses doigts à faire deviner par le 1er porteur qui ne voit rien puisqu’il a la tête dans les mains du chef.

« Combien qu’ j’ai d’dogts ? » Le chef des porteurs les voit mais ne peut pas communiquer.
Si le 1er porteur trouve par hasard la bonne réponse, son équipe devient celle des sauteurs.
Si la réponse est mauvaise, chacun reprend le même rôle dans une nouvelle partie.

Guy Dubois


- page 2 de 6 -