Chblog, le blog chti

Archives :

septembre 2008

Méfiance chez les chtis

dans la catégorie Dictons, expressions

I n'faut mette sur s'do qu'l'hierpe qu'in connot.

Il ne faut mettre son doigt que sur l'herbe que l'on connaît.

Vieux dicton paysan qui signifie qu'il ne faut se fier qu'à ce que l'on connaît ou il faut se méfier de ce qu'on ne connaît pas.


Cafougnette renconte Marie !

dans la catégorie Cafougnettes

Cafougnette est in train d'draguer eun' jeune femme et i voudrot bin l'imm'ner chez li...

La jeune femme répond :
- J'sus désolé... J'ai décidé ed' rester pure et innochinte jusqu'à c'que j'trouffe le grand amour de ma vie !
- Cha alors...! Cha dot ête dur pour vous...
- Oh, mi cha va cor'... Mais min mari, cha l'rind fou !

Fin merci à Triczine pour avoir posté cette cafougnette dans les commentaires.


Cafougnette à de la suite dans les idées.

dans la catégorie Cafougnettes

Cafougnette essaye en vain de draguer une jeune femme...
- Vous pouvez quind même eum' donner vot' numéro ed' téléphone ?
- I'est dins l'annuaire !
- Mais j'connos même pos vot' nom !
- I'est dins l'annuaire aussi !

Fin merci à Triczine pour avoir posté cette cafougnette dans les commentaires.


Cafougnette i est vuvule.

dans la catégorie Cafougnettes

- Té portes des leunettes, mint'nint, Cafougnette ?
- Ben ouais! L'aut' jour, j'me sus rindu compte que j'étos devenu myope !
- Commint cha ?
- Ben j'ai dragué eun' fille dans eun' boîte ed' nuit et j'l'ai immené à l'hôtel...
- Et alors ?
- Ben, ch'étot m'femme...

Fin merci à Triczine pour avoir posté cette cafougnette dans les commentaires.


Cafougnette drague.

dans la catégorie Cafougnettes

Cafougnette a repéré une jolie femme seule au bal et va souvent l'inviter à danser. Celle-ci accepte volontiers, mais cafougnette lui fait remarquer :

- A chaque cop que j'danse avec vous, cha m'paraît que l'temps i passe fort vite !

- Forchémint ! M'n'homme, ch'est ch'chef d'orchestre.

Guy Dubois - Ces bonnes histoires que l'on appelait DES CAFOUGNETTES


Un trésor de chti

dans la catégorie Aide

J'aime dans le patois la langue du pays d'abord, et puis la source, la mère de notre langue policée. C'est pour ainsi dire, un héritage abandonné, un champ qui ne se cultive plus, une vieille jachère sur laquelle un sort a été jeté. Nous qui n'avons pas de préjugés, nous remuons notre champ avec ardeur et sans relâche. Il ne se doutent pas, les autres, qu'un trésor est caché dedans.

Émile Gachet - Écho du Nord, 27 juin 1896


Rogneux

dans la catégorie Gros-mots, jurons

Ch'ti qui s'sint rogneux, i s'gratte.
M. Lateur

Rogneux : personne déplaisante.

2000 mots du patois de chez nous
Guy Dubois



Rognes : teigne, croûtes sur le cuir chevelu.

Tiète à rognes: teigneux (insulte)

Rogneux d'portion : personne qui se sert sur la part des autres (du verbe rogner : couper sur les bords; enlever une petite quantité).

Le livre du "rouchi' parler picard de Valenciennes
Jean Dauby


Théresse la filousse

dans la catégorie Blagues chti

baigneuse à Malot
Une jolie baigneuse sortant de sa cabine hippomobile en 1900.

Théress' :
- Min tchiot pouchin t'aros querre que j'te so fidèle comme in jone ed' tchien ?

Ech'Jean
- Bin sûr min p'tchiot rogin adoré !

Théress'
- Bin acate me in biau collier alors' !


Etron d'glaine

dans la catégorie Gros-mots, jurons

Le patois étron d'glaine qui est le caca de poule ou fiente de poule en français, parfois utilisé comme juron et à ne pas confondre avec étron d'coulon qui est en français une fiente de pigeon mais aussi un orgelet, un compère-loriot.
Un orgelet est un petit furoncle à la paupière.


Dialogue entre copines

dans la catégorie Blagues chti

C'est deux copines qui se retrouvent après le week-end :

- alors, qu'est-ce t'as fait samedi ?
- ben, j'ai été au dancing
- ch'est quoi, cha, ein dancing ?
- ben, ch'est comme qui dirait ein bal, mais ch'est grinmint miux !
- et, t'as dansé au dancing ?
- ben ouais

Lire la suite...


Ma tante

dans la catégorie Patois berckois

Si ma tante a n' n'éroét, on l'appel' roét mon onque !

Si ma tant en avait, on l'appellerait mon oncle.

Le sous-entendu est clair.
En fait, c'est demander l'impossible ou ce qui n'existe pas.


Lucien Tétu - A l'écoute des berckois.


Nunu tatas

dans la catégorie Chti artésiens

Baie d'Authie
La baie d'Authie à marée haute, vendredi 19 septembre 2008


Ch'est in nunu, in tatas'.

C'est une personne compliquée, trop attachée aux détails, trop minutieuse.


La sagesse de nos anciens berckois

dans la catégorie Patois berckois

La plage de Berck

La plage de Berck, côté nord (du côté de Merlimont, le Touquet), à marée basse.

Toujours prein.ne pis jamaoès mètte, cha n' peut point toujours durer !

Une fortune dans laquelle on puise sans cesse se tarira un jour, même si elle est importante, si on ne renforce pas le capital. Il est bon de ne pas être insouciant et prodigue.

A l'écoute des berckois
Lucien Tétu


Grand codin

dans la catégorie Chti artésiens

I bat des z'ailes comm' in codin.
Le dindon bat des ailes pour intimider, donc ce dit à celui qui joue les fiers à bras.

Codin : dindon
Grand codin : imbécile


Œuf ou oeu ou z'us

dans la catégorie Dictons, expressions

On n’peut pon mett’ ed’ l’esprit là où les poules ont l’œu.

Littéralement : On ne peut pas mettre de l’esprit là ou les poules ont l’œuf.

Signifie : On ne peut pas rendre intelligent celui quelqu’un qui n'a pas d'esprit.

D'après : Le patois de la côte d'Opale - Jean Pierre Dikès.


Eune buke dins s'n'oeulle

dans la catégorie Dictons, expressions

Expression de min coin :
On voit eune buke sur un ot', qu'on n'voit pas un fagot su soi.

Traduction littérale :
On voit de la paille dans l'oeil d'un autre, on ne voit pas un fagot sur soi.

Expression française:
On voit de la paille dans l'oeil d'un autre, on ne voit pas la poutre qu'on a dans le sien. Buke : coup, bûche, escarbille, poussière dans l'oeil, petit morceau.

D'après : Le patois de la côte - Jean Pierre Dickès


De l'huile de vidange dans nos fricadelles

dans la catégorie Divers

D'huile ed vidanche dins vos fricadelles, vos frites... en pays chti ?
De l'huile de vidance dans vos fricadelles, vos frites... en pays chti ?

Lire ces révélations du Canard enchainé :

Article 1
Article 2
Article 3

I a quoi devenir plukart (celui qui trie ce qu'il a dans son assiette)


La force tranquille

dans la catégorie Chti artésiens

I l'est bin monté m'homme là !

Bin monté : avoir de quoi satisfaire.


Poème chti de Paul Barras

dans la catégorie Poèmes chti

Inn' bonn' leçon

El' grand dudul étot malade.
Faut vous dir' que ch'est in guinceux
I avot s' nez rouch' comm' in' tomate
A forch' ed' léquer ch' grand buveux.

Lire la suite...


Expression patoisante

dans la catégorie Chti artésiens

Ché fiu ed'sin pèr' ; ché tout sin pèr'.
C'est le fils de son père ; c'est tout son père.

Cette expression patoisante signifie :
Il ressemble à son père.


Elanchure

dans la catégorie Chti artésiens

I a voulu rassaquer ch'bidet qui étot intiqué dins l'mollique, et i s'a foutu inne élanchure.

rassaquer : retirer
bidet : cheval
intiquer : enfoncé
mollique : boue
élanchure : tour de rein.

Guy Dubois - 2000 mots du patois de chez nous.


Un conseil avisé

dans la catégorie Chti artésiens

Tu fr'aus miu d'racommoder les queuches qu'd'aller all' dinse.

Littéralement et en français :

Tu ferais mieux de racomoder les chaussettes plutôt que d'aller danser.

Le patois artésien
Ed. Lecesne


Débindér

dans la catégorie Patois côte d'Opale

J'tourne comm' un bari débinday.

Je tourne de droite et de gauche ne sachant que faire; en effet, sur un bateau, un tonneau désarrimé roule d'un bord à l'autre en faisant des dégâts. On dit aussi, j'roule comm' un bari' débinday.

Débindèr : débander, désarrimer pour un objet qui normalement est fixé dans un bateau.

D'après Jean Pierre Dickès


Le café du mineur

dans la catégorie Chti artésiens

Le marabout (la cafetière) chantait sur le poêle, le café était prêt à être versé dans son bol. Il prenait d'abord du bon café très fort mélangé à peu de chicorée et agrémenté d'une très légère pincée de sel, puis une seconde tasse avec du lait dans laquelle il trempait deux ou trois tartine...

Quand il avait bu et mangé, ma mère reprenait du café avec lui. Elle mettait le restant dans son bidon. Il s'agissait, cette fois, d'arpassage (repassage) : la proportion en chicorée et en eau était supérieure. Cette boisson très hygiènique convenait à toutes les températures. Par froid glacial, la goutte de chirloute était "bon frais" ; par temps doux, elle était "bon tiède", ce qui n'aurait pu être le cas de l'eau pure ou de la bière.
Augustin Wisieux - Mineur de fond


Au matin, sitôt qu'in s'révelle,
Ch'est pour aller caresser ch'marabout.
In fait tourner chelle manivelle,
Pindant qu'chelle iau d'sus ch'fu qu'alle bout.
J' n'connos pont d'pus belle musique,
Que ch'café qui tourne dins ch'molin.

Jules Watteeuw - Tourcoing - Poète du Nord


Traduction NON littérale :
Au matin, aussitôt qu'on se réveille,
C'est pour aller s'occuper du café.
On fait tourner la manivelle,
Pendant que l'eau bout sur le feu.
Je ne connais pas de plus belle musique,
Que le café qui tourne dans le moulin.


Mi j'préfère lèquer.

dans la catégorie Dictons, expressions

Carte ancienne de Malo-les-Bains
Vingt diousse ! Une jolie aïeulle assise sur une cabine de plage hippomobile.
Carte postale ancienne des années 1900

Ch'ti qui s'in va i lèque, ch'ti qui resse i sèque.

Littéralement :
Celui qui s'en va lèche, celui qui reste sèche.

Signifie :
Celui qui sort s'amuse, celui qui reste à la maison fait pénitence, s'étiole.


Le chti bout.

dans la catégorie Chti artésiens

J'el diros chint fos pour eune.

Litéralement :
Je le dirais cent fois pour eune.

L'équivalent en français :
Je l'ai sur le bout de la langue.


Miler

dans la catégorie Oye, Gravelines, Loon

I millo par in-n-zous pour voir ko qu'j'allo faire.

Litéralemnent :
Il regardait par dessous pour voir ce que j'allais farie.


Tout cru d' caud

dans la catégorie Rouchi, Valenciennois

Vl'a Cafougnette il arrive, plein de d'berdouille et tout cru d' caud.
Jules Mousseron.

Littéralement :
Voilà Cafougnette il arrive, plein de boue et tout trempé de sueur.

Tout cru d' caud : tout trempé de sueur.


Les marins

dans la catégorie Patois berckois

Pêcheur berckois

Batisse, i n' vo point bien, i o enn' voèe d'îeu à s' quille.

Littéralement :
Batisse, ne va pas bien, il a une voie d'eau à sa quille.

Explication :
La voie d'eau est un accident grave en mer si on ne peut la colmater.
C'est ensuite le naufrage et la perte du bateau.
Donc Batisse est très malade, sa fin est peut-être proche.

A l'écoute des berckois.
Lucien Tétu


Bafiller

dans la catégorie Chti artésiens

Tu bafièles pi te dis qu'i pleût !

Littéralement :
Tu baves (ou tu postillonnes) et tu dis qu'il pleut !

Se dit de quelqu'un qui accuse les autres des méfaits qu'il a lui même accomplis.

Bafiller (j'bafièle, (n)os bafillons) ou bafiller, baviller : baver, postillonner en parlant ou en mangeant.

Parle-moi "chti"
Alain Dawson
Assimil